Ou pourquoi il ne faut pas séparer le chaton de sa mère trop tôt

Bonjour tout le monde!

 

Comme je l’ai déjà bien souvent dit, Kitty est très (très très) collante, surtout avec moi.
En cause de la plupart de ses petits problèmes de comportement, un ‘sevrage affectif’ trop précoce: elle a été séparée de sa mère trop jeune!

C’est pas une nappe, c’est ma nouvelle maman…

Maaaaman… tu sens l’herbe à chat…!

 

Nous avons pu capturer en vidéo un de ces moments qui nous montrent que malgré les années il y a encore du travail à faire. Cependant étant donné mon mode de vie (je laisse toutes les portes ouvertes chez moi), ce n’est pas une chose très évidente à changer.

Kitty m’accompagne au quotidien, quoi que je fasse à la maison. Dès que je me lève du lit, de la chaise du bureau, elle se lève et me suit. Dès que je fais quelque chose elle doit être près de moi, elle profite du spectacle.
Elle a appris petit à petit à me laisser tranquille sous la douche ou si j’utilise le sèche cheveux dont elle a peur: elle m’attend dans le couloir qui mène à la salle de bains, prête à me rejoindre quand j’en sortirai.

 

Chez mes parents, c’est bien différent: elle n’a pas le droit d’aller dans leur chambre, et ils aiment fermer les portes. Ca ne la dérange pas outre mesure, semblerait-il. Elle s’est rapidement habituée à la situation.
Cependant, si moi je suis là… c’est une autre histoire. Dès que je me retrouve derrière une porte fermée, si elle s’en rend compte, il n’y a plus que ça dans sa petite tête. Quand bien même ils seraient avec elle, elle ne pense qu’à me rejoindre.

La seule ‘solution’ est de faire en sorte qu’elle ne me voie pas aller dans la chambre, et n’entende pas ma voix: qu’elle croie, en somme, que je l’ai laissée là et suis rentrée chez moi.

 

Et quand il m’arrive de dormir chez eux?

Hé bien.. c’est un concert de coassements:

Tant que je reste dans la chambre. Toute la nuit durant s’il le faut.

Si je devais changer mes habitudes et l’empêcher de dormir avec moi, la solution la plus douce serait de la laisser hors de la chambre avec un compagnon (chien, chat…) pour qu’elle ne se sente pas trop seule.
Dans tous les cas.. ça présagerait de longues, longues nuits blanches et beaucoup de patience pour ne pas craquer! Ne pas lui répondre, ne pas ouvrir, et qu’elle s’habitue!

Heureusement, ce n’est pas d’actualité.

On est pas mieux tous ensemble?

Et vous, vous dormez avec vos chats? Ils ont des endroits interdits à la maison? Comment le vivent-ils?

 

Pour ceux qui n’auraient pas vu, j’ai mis en ligne la vidéo sur l’article d’hier avec la tour à chat (si vous cliquez vous serez redirigés vers l’article d’hier)!

Passez une belle journée, à demain!

 

 

 

4 réponses à “Ou pourquoi il ne faut pas séparer le chaton de sa mère trop tôt”

  1. coucou!
    ça doit etre une question de generation car chez nous non plus les minettes n’ont pas acces aux chambres.
    pas le droit de monter sur la table à manger (elles en profitent dès qu’on a le dos tourne et s’en vont en « riant » quand je me met à hurler pour qu’elles descendent!…pour revenir aussitot se frotter dans mes jambes;-)
    bonne journee à vous aussi

    1. Elles s’en vont en riant! J’adore! Je les imagine bien sauter de la table la queue en l’air ‘j’y suis allée quand même quand tu avais le dos tourné’!

      Mes parents ont du mal à comprendre, surtout les chats sur la table à manger. J’aime qu’elle puisse aller un peu partout, et j’ai la chance qu’elle ne vole pas du tout. Ca ne sera pas aussi évident avec le chaton, il me faudra sévir! Pour le lit par contre, impossible pour moi d’imaginer avoir des chats et ne pas dormir avec eux: même les quelques jours par semaine que Kitty n’est pas là, le lit me semble vide!

  2. Il y a plein de problèmes en effet quand on sépare le chaton trop vite.
    Parfois pas le choix (orphelins, etc ..) mais le caractère et le comportement s’en ressentiront, quels que soient les efforts que l’on fait pour se substituer à la maman et éduquer.
    Ici ils vont où ils veulent dans la maison et dehors mais parfois c’est difficile de récupérer le lit …
    (sauf pour une minette en quarantaine mais fort heureusement solitaire et indépendante)

    1. C’est exactement ça.

      Dans ‘My cat from hell’ ils disaient de rentrer dans le lit et pousser le chat pour s’installer, même s’il se fait « tout mou » pour prendre toute la place.
      Je dois bien avouer que c’est moi en dormant qui me colle d’un côté du lit sans le vouloir pour ne pas écraser Kitty (qui du coup finit par être au milieu du lit). Mais lorsque je rentre dans le lit, j’ai la chance qu’elle se lève toujours pour me laisser la place et revenir près de moi ensuite.

      Les chats ont un amour particulier pour le lit, tout chaud et plein de nos odeurs!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *